Livraisons à domicile, vente en ligne, confection de paniers garnis, les producteurs locaux habitués à se retrouver sur les marchés, ne manquent pas d’idée et d’initiatives pour tenter d’écouler leurs stocks et notamment dans le Velay. Une véritable chaîne de la solidarité s’est créée depuis la mise en place des mesures destinées à lutter contre la propagation du Covid-19. C’est ce que nous avons constaté en recueillant les témoignages de plusieurs d’entre eux.

Les producteurs locaux sont frappés de plein fouet par les mesures de confinement liées à l’épidémie de coronavirus. Ils ont dû revoir complètement leurs méthodes de vente pour vendre leur marchandise, afin d’écouler leurs stocks. Certains organisent des livraisons à domicile, d’autres proposent des paniers garnis, tandis que la toile est devenue une véritable vitrine de leurs produits.

Les produits locaux sur les plateformes de vente en ligne

Romy Rodier, une jeune productrice de fromages de chèvre de Céaux-d’Allègre, a créé un groupe Facebook pour vendre ses produits, mais aussi et surtout pour soutenir les producteurs de la Haute-Loire, fragilisés par la crise du Covid-19 (page Facebook : Producteurs de Haute-Loire. Soutien pendant le COVID-19).

Parmi les membres qui en font partie, Stéphane Gory, du Gaec de Ricoules à Saint-Jean Lachalm. Cet habitué des marchés du Puy-en-Velay, d’Yssingeaux, de Costaros, et de Langogne, doit se résoudre à vendre ses fromages aux artisoux par tous les moyens pour ne pas jeter la marchandise, Il improvise également des petites livraisons au domicile des clients « On essaye de regrouper les commandes, et heureusement que l’on collecte encore notre lait ».

Un collectif de producteurs du Velay a également vu le jour sur la toile https://drivedeschamps43.wixsite.com/website . Une fois par semaine, une livraison de 4 paniers différents composés de produits locaux est effectuée dans un point de retrait spécifique. Le site est une initiative citoyenne et bénévole, destinée à apporter un soutien à un groupe de producteurs, de paysans, du bassin du Puy-en-Velay.

Déjà plusieurs d’entre eux se sont inscrits dans cette démarche, c’est le cas, par exemple, de Jean-François et Marie-Claire Brunel qui cultivent des légumes à Séneujols, de Josiane et André Arsac qui proposent des œufs bio au Monastier/Gazeille, ou bien encore de d’Elodie Bory qui fabrique des pâtes et de la farine bio à Saint-Christophe/Dolaizon.

La vente directe pour sauver les meubles

À Vals-près-le-Puy, au « Gaec Agree Du Croustet », où l’on élève des vaches allaitantes, des génisses et des moutons, Fabien et Vincent Volle sont inquiets car ils ont de plus en plus de mal à vendre leurs animaux en boucherie et aux négociants. « On a un cheptel de plus de 400 animaux, et ils restent en grande partie chez nous, On se pose des questions pour la saison de Pâques, où l’on effectuait de grosses ventes ». Pour sauver les meubles, ils n’écartent pas l’idée de faire de la vente directe aux particuliers dans le secteur et même en dehors du département, si la situation était amenée à durer dans le temps.

Des commandes par téléphone et SMS

Thomas Berne qui vend habituellement des biscuits, des brioches et des pains bio sur le marché du Puy-en-Velay et d’Yssingeaux, reste en contact avec ses clients par téléphone, sms ou bien encore via les réseaux sociaux. « Je n’ai pas d’autre choix que de m’adapter et ce n’est pas évident. Samedi dernier je n’ai pas pu faire le marché du Puy-en-Velay, j’ai dû me contenter de quelques livraisons ». Pour limiter les pertes, il effectue des livraisons à domicile, en prenant toutes les précautions d’hygiène « J’utilise du gel hydro-alcoolique à chaque livraison, et je porte un masque ».

Une autre vitrine pour les producteurs

À « La Ferme Ponote », un magasin de Brives-Charensac tenu par 14 producteurs associés, on s’est bien sûr adapté à la situation « On a effectué des marquages au sol pour identifier les distances à respecter, on a des gants, on désinfecte comme on le faisait avant » nous a expliqué Isabelle. Rien n’a changé au niveau de la fréquentation « On travaille de la même manière, les gens nous connaissent et ils savent que l’on vend des bons produits, qu’ils sont bio et sains ».

44 producteurs sont représentés à la « Ferme Ponote » et deux producteurs associés effectuent des permanences au magasin pour continuer de vendre des lentilles, des légumes, des fruits, de la viande, des yaourts, du fromage, de la charcuterie, du pain, des oeufs, et bien d’autres produits.

On le voit, pour éviter d’être « plombés » par la crise sanitaire, les producteurs du Velay se retroussent les manches pour faire face à la situation. C’est l’occasion pour de nombreux consommateurs de privilégier les circuits courts, de limiter les déplacements et de profiter de la qualité des produits locaux.

Pratique :
https://www.lavieadugoutenhauteloire.fr/