Jean-François Vassal est un guide conférencier passionné du Moyen Âge, particulièrement sensible à la sauvegarde du patrimoine. Il a décidé de s’installer au Puy-en-Velay avec sa compagne Valérie Michel dans un ancien hôtel particulier reconnaissable grâce à sa tourelle donnant sur la cour. Sur place, ils proposent des visites commentées en costume, à vivre en famille ou entre amis, mais également des ateliers et des séminaires. C’est une expérience unique et originale qui permet de faire le lien entre le passé et le présent.

Pouvez-vous vous présentez en quelques mots ?

Jean-François Vassal : Très rapidement, j’ai un DEA en histoire médiévale, un Master en lettres modernes spécialisé en littérature médiévale. Je suis guide conférencier et cela fait 25 ans que je me consacre à la reconstitution historique.

Pourquoi vous êtes-vous installé au Puy-en-Velay ?

Notre société « Le Centre d’Histoire Vivante Médiévale » qui a été créé en 2015, était basée à la cité médiévale de Carcassonne. On a décidé de déménager au Puy-en-Velay car ma compagne est originaire des Estables. Cette ville est extrêmement riche au niveau de l’histoire médiévale. La plupart des Rois de France sont venus ici et de grandes décisions ont été prises dans le Velay, mais il y aurait beaucoup de choses à raconter !

Qu’est-ce qui vous passionne dans cette période du Moyen-Age ?

Je pense que ce qui est intéressant c’est de faire découvrir cette période aux gens, car le Moyen Âge est un terme qui a été inventé à la Renaissance, la « Média Temporis », et on pourrait dire que ce Moyen Âge a été discrédité par les périodes qui l’ont suivi comme la Renaissance ou le 19è siècle.

Et même si l’on a essayé de le remettre à l’honneur, on a une fausse image de ce qu’est le Moyen Âge. Cette époque était très riche, on parle même d’une première révolution industrielle au 12è siècle. Plein de découvertes ont été faites et il y avait un échange interculturel et pluriculturel très riche qui pouvait nous en apprendre beaucoup sur notre relation avec les autres.

Pourquoi ce concept de visites en costume ?

Le costume qui essaye d’être reconstitué au plus proche d’une certaine vérité, basée sur des sources archéologiques, textuelles, et iconographiques, va permettre d’être un vecteur pour faire de la médiation en histoire médiévale. Faire des visites guidées dans un quartier médiéval, en tenue moderne est très intéressante.

On peut d’ailleurs apporter des choses, raconter des légendes, etc…Mais le costume, c’est une autre approche. Cela permet de prendre l’histoire sous un autre angle et de permettre à des gens qui ont parfois du mal avec l’histoire de s’ouvrir justement à l’histoire, avec un autre regard.

Quel est le fil conducteur de ces visites ?

Que ce soit lors des visites, ou à l’occasion des ateliers proposés en salle sur diverses thématiques, l’idée est de proposer plusieurs axes. Le premier est de démystifier le Moyen Âge, c’est pour cela que l’on appelle nos visites « Entre mythes et réalités ». Le deuxième permet de faire des ponts entre le passé et le présent, voire l’avenir, car tout n’est pas inventé.

Je dis souvent que si l’on ne regarde pas dans le passé, on n’a pas d’avenir. Et il ne faut pas oublier que nos valeurs citoyennes n’ont pas été inventées du jour au lendemain. Dans les valeurs de la chevalerie, on retrouve aujourd’hui dans la constitution des droits de l’enfant, etc… Au Puy-en-Velay, on peut faire des liens sur des attitudes. On sait par exemple qu’après les pestes de 1348 on demandait aux gens qui étaient à table d’éternuer dans le coude, c’était de la bienséance.

Quant on est à la cathédrale, des influences arabes comme les lettres que l’on voit sous les portes du 11è siècle, rappellent que l’on est dans un monde d’échanges. On a voyagé énormément au Moyen Âge. Nos vikings allaient jusqu’en Chine et on a même trouvé des statuettes de Bouddha dans leurs tombes.

À qui s’adressent-elles ?

Elles s’adressent à tous. On peut très bien venir en famille ou entre amis. On fait des visites pour les plus petits qui sont présentées différemment. Pour les personnes individuelles, on conseille qu’elles aient au minimum à partir de 6 ans, et 8 ans pour les ateliers, mais ça nous arrive de recevoir des classes de maternelles, c’est tout aussi enrichissant.

Vous proposez également des ateliers, des séminaires ?

Effectivement. Au quotidien les gens peuvent frapper à notre porte. On publie les horaires d’ouverture chaque semaine. C’est la thématique de l’art de la chevalerie qui est proposée en atelier. Pour des ateliers privés à la demande, on propose d’autres thématiques. Les anciens du Lycée Simone Weil sont venus pour une thématique sur l’art de la table.

On peut venir avec une bouteille à l’heure de l’apéritif et choisir une thématique en particulier. Nous proposons deux formules pour les séminaires. La première offre la possibilité aux participants de faire une visite ou de participer à un atelier. On peut intervenir en mode conférence lorsqu’il s’agit d’un gros séminaire, et puis on peut proposer des journées de formation afin de comprendre en quoi les valeurs de la chevalerie peuvent se retrouver dans celles du management, et dans la culture d’entreprise.

Vous n’intervenez pas qu’au Puy-en-Velay ?

Le siège social de notre entreprise est basé au Puy-en-Velay, mais on intervient sur toute la France. Nous étions à Carcassonne il y a 15 jours, à Aigues-Mortes la semaine dernière et nous serons dans le Gers la semaine prochaine. Par contre, nous ne bougeons pas du Puy-en-Velay en juillet et août !

Pratique :
ILC La Cité – Centre d’Histoire Vivante Médiévale
Hôtel des Roys et des Mombrac
10 rue Cardinal de Polignac
430000 Le Puy-en-Velay
Tel : 06.37.80.69.33
www.ilc-lacite.com