Alicia Ferrero vient d’ouvrir le studio de pole dance « L’art des airs » à Espaly-Saint-Marcel. Cette jeune Marseillaise a quitté le sud de la France pour réaliser son rêve : proposer des cours à celles et ceux qui souhaitent découvrir cette discipline reconnue par la Fédération Française de Danse. Dans le local flambant neuf qu’elle a aménagé, on y trouve des barres fixées au sol et au plafond, et un cerceau qui permettent de réaliser toutes sortes de figures. Rencontre.

Quel a été votre parcours avant de proposer des cours de pôle dance ?

J’ai grandi dans les Bouches-du-Rhône, du côté de Marseille. Ensuite, je suis partie à Nîmes faire des études de peintre en carrosserie. Je travaillais dans un milieu essentiellement masculin et j’ai cherché à exercer une discipline me permettant dans une ambiance un peu plus féminine. C’est en regardant des figures de pôle dance à la télévision qui j’ai eu le déclic d’en faire. J’ai commencé à prendre des cours là-bas et j’en suis devenue accroc ! Je suis passée de 1h30 de cours par semaine à pratiquement 4 heures.

Après m’être formée à la discipline, j’ai commencé en 2016 à donner des cours en remplacement pour des enterrements de vie de jeunes filles. Les circonstances ont fait ensuite que je me suis rendue au Puy-en-Velay pour y vivre. J’ai eu l’occasion de donner des cours dans des salles de fitness de la ville, avant d’ouvrir cette école fin novembre. Entre temps, j’ai poursuivi ma formation avec mon ancienne prof à Nîmes, mais également à Paris.

C’était important pour vous d’ouvrir cette salle au Puy-en-Velay ?

Oui, car je suis originaire de Marseille qui est une grande ville. J’ai du mal à vivre dans les milieux ruraux et reculés. J’aurais donc eu du mal à m’installer ailleurs. J’ai ouvert cette salle au Puy-en-Velay, car il n’y en avait pas ici et que la plus proche se trouve à Saint-Etienne.

Est-il difficile d’effacer les clichés de la pôle dance souvent rattachés aux clubs de strip-tease ?

Non, car c’est une discipline qui est difficile physiquement. Il faut le voir au moins une fois pour s’en rendre compte. Souvent, les gens qui rapportent ça au strip-tease ne sont jamais allés par curiosité dans une salle pour se rendre compte de ce que c’est. Il y a un échauffement d’une vingtaine de minutes au début, qui est très physique, et les figures sont très techniques. La pôle dance est reconnue par la Fédération Française de Danse, mais pas par l’Etat.

Quels sont les exercices que vous proposez ?

On propose donc un échauffement pour être plus à l’aise dans sa gestuelle, dans sa mobilité et au niveau des mouvements. Ensuite, les personnes s’approprient un peu la barre. On leur explique comment se tenir à côté de la barre, pour pouvoir, par la suite, exécuter des figures et prendre de l’élan. Il y en a qui permettent de tourner autour de la barre, de réaliser une figure statique. On leur explique également comment monter le long de la barre, en utilisant plus de technique que de force.

Faut-il avoir des conditions physiques particulières ?

Non. C’est vraiment accessible à tout le monde. On apprend principalement la technique dans les premiers cours d’initiation. On explique le placement des mains, pour forcer beaucoup moins et donc moins se fatiguer.

Que viennent chercher les personnes qui essaient la pôle dance ?

Certaines viennent ici car elles n’ont pas trouvé un sport qui leur convenait. On propose une ambiance très familiale, intime et très ludique. Elles intègrent ici des groupes très soudés. Les filles s’entraident toujours pour obtenir le meilleur d’elles-mêmes. Il y a beaucoup de jeunes mamans qui ont du mal à être à l’aise avec leur corps et qui ont besoin de pratiquer une discipline sportive avec d’autres femmes qui les comprennent. Le fait d’être obligées d’être en brassière, en short, pour exécuter les mouvements, les obligent à être confrontées à elles-mêmes et à accepter leur corps. On leur propose un gros travail de confiance en soi. On propose également des cours réguliers de cerceau aérien, inspirés de l’art du cirque et des stages d’assouplissements.

Il n’y a pas que les femmes qui viennent faire de la pôle dance ?

Non, c’est également ouvert aux hommes. Ici, chaque personne s’approprie la barre comme elle le souhaite. Souvent les femmes le font pour retrouver la confiance en elles, à travailler leur grâce. Et les hommes vont plus chercher le côté acrobatique.

Pole n’ Fit au studio
L’art des airs
38, avenue du Puy – 43000 Espaly Saint-Marcel
Tel : 06.03.18.68.67
www.polenfitstudio.com et sur Facebook Pole n’Fit studio

Crédit photos en noir et blanc : ©Christophe Rablat